stockholm

Stockholm 1972 : plaidoyer pour la société civile

La Conférence de Stockholm de 1972 est la première rencontre multilatérale mondiale ayant pour objet les préoccupations environnementales. Elle s'inscrit aussi dans l'Histoire comme un point de départ de la participation de la société civile aux relations internationales.

La Conférence des Nations Unies sur l’Environnement Humain (CNUEH)

Ce sommet visionnaire fut organisé par les Nations Unies, après une initiative du gouvernement suédois. Il intervient alors que le Club de Rome, une organisation indépendante de tout pouvoir politique, publie son rapport devenu célèbre, Halte à la croissance.

Présidée par le Canadien Maurice Strong, la conférence rassemble du 5 au 16 juin 1972 des délégations de 113 Etats, et de très nombreuses ONG, autour d'un slogan alors inédit : "une seule Terre, préserver et enrichir l'environnement". En cette période de Guerre Froide, ni l'Union Soviétique ni ses pays satellites ne sont présents. Ce sommet crée le concept "d'éco-développement" et fonde la coopération internationale sur les questions environnementales.

Trois conférences ont suivi celle de Stockholm : Nairobi en 1982, Rio de Janeiro en 1992 et Johannesburg en 2002. On les connaît habituellement sous le nom de "Sommet de la Terre".

Une importante postérité

La Conférence marque une étape décisive dans l'implication de la société civile, puisqu'elle donne pour mission au PNUE de "fournir les moyens de stimuler la participation active des citoyens et [de] mettre en avant l’intérêt et la contribution des organisations non-gouvernementales pour la préservation et le développement de l’environnement." Cet héritage dépasse le simple cadre environnemental pour s'étendre à tout le domaine des relations internationales.

Dans la Déclaration finale, les pays participants établissent ce qui sera un principe fondamental du développement durable, à savoir la place de l'homme sur la Terre : "L'homme est à la fois créature et créateur de son environnement, qui assure sa subsistance physique et lui offre la possibilité d'un développement intellectuel, moral, social et spirituel." Cette simple phrase implique que la préservation de notre environnement nous incombe directement.

Cette déclaration signe la naissance de l'écologie politique, en affirmant que "nous devons orienter nos actions dans le monde entier en songeant davantage à leurs répercussions sur l'environnement". Pour mettre en oeuvre ces engagements, les pays présents décident de créer une organisation nouvelle, qui deviendra en décembre de la même année le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE, UNEP en anglais). Symboliquement, le PNUE est la première agence de l'ONU à s'installer dans ce qu'on appelle alors le Tiers-Monde, établissant son siège à Nairobi, capitale du Kenya.

A découvrir

Le rôle de la société civile pendant les sessions de négociations

Le rôle de la société civile pendant les

Depuis la Conférence de Stockholm en 1972, la société civile est fortement...

Le pouvoir des lobbies écologistes

Le pouvoir des lobbies écologistes

Le lobbying exercé lors des négociations climatiques ne désigne pas seulement la...

La conférence des peuples de Cochabamba

La conférence des peuples de Cochabamba

En soulignant l'insuffisance des décisions prises à Copenhague, Evo Morales,...

Justice climatique et justice sociale

Justice climatique et justice sociale

Parmi les nombreuses initiatives citoyennes en faveur du climat, Climate Justice...

Annonces idlead