climate-justice

Justice climatique et justice sociale

Parmi les nombreuses initiatives citoyennes en faveur du climat, Climate Justice apparaît comme l'une des plus actives. Cette campagne lancée par différentes ONG de la société civile vise à accélérer la lutte contre le changement climatique en écoutant avant tout ceux qui en sont victimes.

L'élément déclencheur : Copenhague

Décembre 2009, Copenhague, Danemark : la quinzième Conférence des Parties (COP 15) sur les changements climatiques piétine, balayée par des vents contraires qui laissent présager un échec. Révoltés par la tiédeur des participants, et principalement de certains pays développés, des centaines de manifestants protestent devant le centre de congrès, parfois violemment réprimés par la police locale.

Suite à ces heurts, des dizaines d'ONG de divers pays, dont Carbon Trade Watch et Global Forest Coalition, décident de se réunir au sein d'un réseau d'action, qu'elles nomment Climate Justice. Rapidement, la coalition organise différents événements sur place, dont une manifestation pour bloquer le port de la capitale danoise. Mel Evans, porte-parole de la campagne, dénonce les arrestations brutales de nombreux manifestants. Climate Justice réitérera ce type d'actions à Cancún, en 2010.

Principes fondateurs

Les membres du réseau partagent des buts communs, dictés par la même urgence d'une justice climatique et d'une justice sociale. Le mouvement vise d'abord à défendre les populations indigènes directement affectées par le changement climatique, à l'instar des déplacés du lac Tchad, et à obtenir des réparations de la part des pays riches, présentés comme responsables de la crise climatique. Autre proposition radicale pour atteindre ces objectifs : l'abandon total du recours aux énergies fossiles d'ici 30 ans.

L'un de leur chevaux de bataille est la préservation de la biodiversité, qui joue un rôle prépondérant dans l'évolution du climat. Cette cause a eu une résonance toute particulière en 2010, Année mondiale de la biodiversité.

Climate Justice rejette toutes les solutions s'apparentant à des mécanismes de marché, comme le crédit-carbone, et espère une transformation radicale des modes de vie dans les pays développés, en s'appuyant sur l'unité et l'engagement de ses membres. Lors d'une réunion de travail à Amsterdam en février 2010, le réseau à dénoncé l'incompatibilité des modèles économiques européens avec la préservation du climat. Pour le mouvement, la Conférence de Cancún est un échec relatif qui "maintient le protocole de Kyoto sous assistance respiratoire".

Climate Justice n'est évidemment pas le seul réseau de ce type. Certains sont plus organisés et participent davantage aux négociations qu'aux protestations, tel le Climate Action Network (CAN), qui rassemble 450 associations du monde entier.

A découvrir

Stockholm 1972 : plaidoyer pour la société civile

Stockholm 1972 : plaidoyer pour la société

La Conférence de Stockholm de 1972 est la première rencontre multilatérale...

Le rôle de la société civile pendant les sessions de négociations

Le rôle de la société civile pendant les

Depuis la Conférence de Stockholm en 1972, la société civile est fortement...

Le pouvoir des lobbies écologistes

Le pouvoir des lobbies écologistes

Le lobbying exercé lors des négociations climatiques ne désigne pas seulement la...

La conférence des peuples de Cochabamba

La conférence des peuples de Cochabamba

En soulignant l'insuffisance des décisions prises à Copenhague, Evo Morales,...

Annonces idlead